POÊLE À PELLETS

POÊLE À PELLETS

Les pellets, de quoi s’agit-il exactement ?

Les pellets sont de forme cylindrique d’un diamètre de 6 mm sur 20 à 30 mm de long. Il s’agit de granulés de bois fabriqués à partir de sciure et de copeaux de rabotage issus de l’industrie de transformation du bois. Séchés, mis sous presse et finalement coupés à la longueur souhaitée, ils restent compacts grâce à la résine de bois contenue dans la matière première.

La densité des pellets est 1,5 à 2 fois supérieure à celle des bûches. 2 kilogrammes de pellets suffisent à remplacer 1 litre de mazout. Les pellets peuvent s’utiliser dans des poêles individuels ou dans des chaudières fonctionnant comme chauffage central.

Un seul chargement de pellets dans le réservoir (intégré dans le poêle) permet de chauffer pendant 2 à 3 jours selon la taille du poêle et les besoins en chaleur.

Le remplissage avec le combustible et la régulation de la combustion se font automatiquement.

Selon le modèle, l’allumage est électrique et la régulation de la température ambiante est réalisée au moyen d’un thermostat. Le rendement peut atteindre 80% et plus.

 

Fonctionnement du poêle à pellets

Ce poêle est entièrement géré par l’électronique.

Il lui faut donc une source de courant 220V.

Les pellets sont versés dans une trémie située au dessus du poêle. Ils sont vendus en sacs plastique de 15 kg, très faciles à manipuler.

Les pellets, une fois chargés, vont être amenés au foyer par une trémie avec un petit moteur à vis sans fin. Une bougie de chauffe électrique va allumer le poêle lors du démarrage.

Les fumées sortent par un petit conduit de 80 mm de diamètre, et le microprocesseur interne va réguler toute la gestion du fonctionnement de l’appareil.

Une sonde thermique des fumées, une sonde d’expiration de l’air, et une sonde thermique d’ambiance vont assurer le contrôle de l’appareil et sa sécurité.

L’installation du poêle à pellets

Souvent, on entend dire de manière simplifiée « un trou dans votre mur, une prise de courant et votre installation de poêle à pellets est réalisée ».

La réalité est un peu plus sérieuse.

Car ces poêles ont besoin d’électricité pour fonctionner : en cas de panne de courant, l’alimentation des ventilateurs, de la vis sans fin et de l’allumeur ne fonctionnent plus.

Dans le cas d’une panne électrique de plusieurs minutes, la combustion ne va donc pas être activée, et il est nécessaire d’avoir au moins 1,50 m de sortie verticale arrière pour évacuer par tirage naturel les fumées qui vont résulter de la fin de combustion des granulés se trouvant dans le poêle.

Il est fortement question d’ailleurs que la commission européenne travaillant sur la norme EN-14785 n’autorise plus la sortie ventouse horizontale (traversée du mur).

Le Luxembourg, l’Autriche et l’Allemagne ne l’autorisent déjà plus, même pour les appareils au gaz.

Écologique

Contrairement aux énergies fossiles, le poêle à pellets n’émet pas de gaz à effet de serre.

Consommation moyenne des poêles à pellets

Dans nos régions, un poêle utilisé en chauffage continu pour chauffer une maison de 100 m² environ, consomme de 2 à 3 tonnes de pellets par an.

La consommation électrique est de 60 W en continu, ce qui est comparable à une ampoule supplémentaire.